Coronavirus et Naturopathie

Bonjour

Je vais essayer d’apporter certains éléments concernant le coronavirus. Je vais éviter de répéter tout ce qu’on a déjà pu entendre et aborder le problème différemment et sous l’angle de la naturopathie voir de la pharmacopée Chinoise. Habituellement mes conseils sont plus personnalisés mais les circonstances m’obligent à généraliser.

Les éléments que je vais apporter auront surtout une importance sur l’après confinement mais sont à mettre en pratique dès maintenant, si possible. Après le confinement il est toujours possible que le virus soit encore là, il peut aussi revenir sous une forme mutée comme pour la grippe. Plusieurs hypothèses sont possibles, nous n’avons pas assez de recul sur le virus, dans ce cas il vaut mieux prévenir que guérir.

En effet, nous connaissons les gestes barrières afin de ne pas être en contact avec le virus mais il est très difficile d’y échapper. Pour beaucoup ces mesures ne vont faire que retarder l’inévitable. Heureusement d’autres pratiques peuvent être utilisées, en particulier pour les personnes vulnérables, visant à stimuler le système immunitaire et à renforcer le terrain. En naturopathie, on considère qu’il est plus important de traiter le terrain que le microbe. Des personnes sont touchées par le virus et n’ont aucun symptôme alors que d’autres développent des signes graves et pourtant il s’agit du même virus, d’où l’importance du terrain. Toutes ces mesures ne vous empêcheront pas de tomber malade mais elles atténueront les symptômes et éviteront les risques de complications. 

Les personnes à risques sont principalement les personnes à la santé fragile, immunodéprimées, en surpoids ou avec des pathologies respiratoires ou cardiaques, c’est-à-dire les personnes âgées ou ayant un cancer ou des infections à répétition par exemple. De plus, il est reconnu par des études scientifiques, que les personnes vaccinées contre la grippe ont plus de risque d’être contaminées aux virus respiratoires comme le coronavirus par un phénomène connu sous le terme d’interférence virale.

Durant ce confinement beaucoup de changements dans nos habitudes risquent de diminuer notre capacité à combattre le virus. Je vais vous expliquer pourquoi et comment pallier ce problème.

Tout d’abord, un certain nombre de personnes n’a pas la chance d’avoir un jardin. Or la vitamine D, qui a un rôle important dans le système immunitaire mais également pour lutter contre le cancer, est produite par notre corps grâce aux rayons du soleil sur notre peau. Il est donc important de s’exposer au soleil régulièrement. Pour que la synthèse de cette vitamine D soit possible, il faut éviter de mettre de la crème solaire. Dans ce cas, limitez le temps d’exposition surtout durant les premières expositions pour éviter les coups de soleil. Il vaut mieux s’exposer un peu tous les jours que longtemps en une seule fois. Pour ceux qui ne peuvent pas s’exposer au soleil il est possible de se complémenter en vitamine D. Respectez les doses car un surdosage peut être nocif. La prise de cette vitamine doit se faire sur du long terme pour observer son efficacité et bien sûr en prévention.

Une autre vitamine est aussi importante pour notre système immunitaire, c’est la vitamine C. Son effet est plus rapide que la vitamine D mais ne la remplace pas. On la trouve généralement en quantité suffisante dans les fruits et légumes mais beaucoup de personnes ont fait des stocks de conserves dans lesquelles il n’y a plus de vitamine C. De plus même les fruits et légumes frais contiennent moins de vitamine C qu’avant. Une complémentation en vitamine C peut donc être intéressante. Evitez la forme effervescente et privilégiez la forme liposomale si vous en trouvez. Elle peut être utilisée aussi bien en préventif qu’en curatif.

L’activité physique peut elle aussi stimuler le système immunitaire, de plus elle est indispensable pour garder une bonne condition physique car le coronavirus n’est pas le seul risque sanitaire. Etant donné qu’il est plus difficile en ce moment de faire du sport, essayez au moins chez vous de faire de l’exercice à votre rythme et adapté à votre condition physique. En cas d’infection en revanche évitez de pratiquer une activité physique et reposez-vous.

De plus la prise de poids à cause de l’inactivité et du grignotage pourrait ajouter un facteur de sensibilité au virus. Prenez donc garde à maitriser votre poids durant ce confinement.

Vous pouvez faire une cure de propolis afin de stimuler vos défenses naturelles en prévention et à titre curatif pour son effet antiviral.

Un autre point tout aussi important qu’on a tendance à oublier, c’est le moral. En effet le stress, la dépression et l’anxiété sont des facteurs d’immunodépression, or en ce moment, le climat anxiogène, le fait de ne pas pouvoir sortir, de voir ses amis, sa famille peut atteindre notre moral. Il est donc nécessaire de se changer les esprits, de rire, de s’occuper. C’est le moment de faire le point sur sa vie, de prendre du recul, d’apprendre de nouvelles choses. Restez en contact avec vos proches, heureusement nous sommes dans une ère où les nouvelles technologies nous le permettent.

Nettoyez- vous régulièrement le nez avec du sérum physiologique. Il s’agit d’une mesure d’hygiène encore trop peu répandue en occident et pourtant le nez se lave comme on se lave les dents.

En pharmacopée Chinoise, il existe une formule à utiliser uniquement en prévention contre les infections respiratoires comme le covid19. Cette formule s’appelle You Ping Feng San que vous pouvez trouver dans des herboristeries Chinoises en ligne. Elle contient notamment de l’Astragale qui va stimuler le système immunitaire.

En phytothérapie occidentale on peut utiliser l’Echinacea. Mais attention, on peut en prendre seulement si le système immunitaire est affaibli et pas plus d’une semaine sinon les effets seraient inversés. L’huile essentielle de Ravintsara (Cinnamomum camphora) peut être d’une aide précieuse en diffusion ou inhalation.

En cas d’infection, ne prenez pas de paracétamol, d’aspirine ou d’anti-inflammatoire sans avis médical. En effet, selon la naturopathie, en cas d’infection, il faut éviter de faire descendre la fièvre ou l’inflammation car il s’agit d’un mécanisme naturel de défense contre l’infection. La fièvre va favoriser les défenses immunitaires. Le paracétamol favoriserait les complications des maladies infectieuses. Il est donc conseillé de prendre un bain chaud ou encore mieux si vous pouvez, faire une séance de sauna. De plus la chaleur va favoriser la circulation du sang ainsi que l’irrigation des organes. Si la fièvre est trop importante, évidemment consultez un médecin, il faudra faire baisser la fièvre. L’excès de fièvre est plus une question de symptômes que de température. Pour une même température certaines personnes supporteront alors que d’autres auront des délires voir des convulsions.

Pour combattre le virus vous pouvez utiliser les baies de sureau. Il est assez difficile d’en trouver et ce n’est pas la saison mais vous aurez peut-être de la chance. Elles ont la particularité de posséder une enzyme capable d’inactiver la duplication des virus à ARN comme le coronavirus. Son action n’est pas spécifique et fonctionne très bien en cas de grippe.

Je ne vais pas donner d’avis sur la chloroquine, étant un médicament chimique ce n’est pas mon domaine. En revanche ce qui est intéressant c’est que la chloroquine traite le paludisme comme l’armoise annuelle (Artemisia annua). Or l’armoise aurait peut-être des effets sur le coronavirus (il n’y a pas encore suffisamment d’études sur le sujet). En médecine traditionnelle Chinoise, elle est utilisée dans les syndromes de « chaleur vide » dont les symptômes du covid19 pourraient correspondre. Malheureusement l’armoise est interdite à la vente pour infusion en France.

Bien sûr il existe plein d’autres techniques, pour aller plus loin il s’agit plus de conseils personnalisés. Je ne suis pas rentré dans les détails car l’article est déjà assez long.

Prenez soin de vous, de votre santé, de votre mental et de vos proches.

Hans Bourdeauducq

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *